COMMENT DETECTER LA MALADIE CHEZ VOTRE ENFANT.

Il est très important qu'une mère possède les informations qui lui permettront de détecter la maladie chez son enfant dès sa première apparition, et donc de lui assurer une assistance médicale rapide. Ces connaissances ne lui seront pas difficiles à obtenir. Elle doit seulement garder à l'esprit quels sont les indices qui constituent la santé, et elle verra immédiatement que tout écart par rapport à celle-ci doit indiquer la présence d'un trouble, voire d'une maladie réelle. Elle doit, dans une certaine mesure, se familiariser avec ces changements.

détécter la maladie chez l'enfant

Signes de santé.

Les signes de santé se manifestent, tout d'abord, dans l'accomplissement sain des différentes fonctions du corps ; dans les demandes régulières de son approvisionnement, ni en excès ni en carence ; et dans une régularité similaire de ses excrétions, tant en quantité qu'en apparence.

Si l'on observe la silhouette du nourrisson en bonne santé, on peut en tirer des enseignements. On percevra une telle rondeur universelle dans toutes les parties du corps de l'enfant, qu'il n'y a pas d'angle dans la figure entière ; que les membres soient courbés ou droits, chaque ligne forme une partie de cercle. Les membres sont fermes et solides et, s'ils ne sont pas pliés, les articulations ne peuvent pas être découvertes.

La langue, même en bonne santé, est toujours blanche, mais elle sera exempte de plaies, la peau fraîche, les yeux brillants, le teint clair, la tête fraîche, et l'abdomen ne dépassant pas trop, la respiration régulière, et sans effort.

Lorsqu'il est éveillé, le nourrisson est gai et vif et, aimant qu'on joue avec lui, il se met souvent à rire joyeusement ; en revanche, lorsqu'il dort, il paraît calme, son visage exprimant le bonheur, et souvent, peut-être, illuminé d'un sourire.

En proportion de la présence et de l'intégralité des apparences ci-dessus, on peut dire que la santé existe ; et en proportion de leur absence partielle ou totale, la maladie aura usurpé sa place.

Nous allons cependant, dans un souci de clarté, examiner les signes de la maladie tels qu'ils se manifestent séparément par le visage, les gestes, le sommeil, les selles, la respiration et la toux.

détécter la maladie chez l'enfant

le visage.

En matière de santé, le visage d'un enfant exprime la sérénité de l'esprit et du corps ; mais si l'enfant est malade, cette expression sera modifiée, et d'une manière qui, dans une certaine mesure, indiquera quelle partie du système est en faute.

Les sourcils seront contractés, s'il y a douleur, et son siège est dans la tête. C'est souvent le tout premier signe extérieur d'un problème et cela se produit dès le début de la maladie ; si on le remarque à un stade précoce et que l'on utilise les remèdes appropriés, cela peut prévenir l'une des plaintes infantiles les plus redoutables, "L'eau dans la tête".

Les convulsions sont généralement précédées de quelques changements dans le visage. La lèvre supérieure est dressée, et est parfois bleutée ou livide. Puis il peut y avoir un léger strabisme, ou une rotation singulière de l'œil sur son propre axe ; une alternance de rougeurs ou de pâleur du visage ; et une animation soudaine suivie de langueur.

Ces signes se manifestent parfois plusieurs heures, voire plusieurs jours, avant que l'attaque ne se produise ; ils peuvent être considérés comme prémonitoires et, s'ils sont remarqués à temps et si une aide médicale appropriée est apportée, l'apparition d'une crise peut être totalement évitée.

L'état des yeux doit toujours être surveillé. Dans la santé, ils sont clairs et brillants, mais dans la maladie, ils deviennent ternes et donnent un aspect lourd au visage ; cependant, après une longue irritation continue, ils prennent un degré de rapidité très remarquable et une sorte d'éclat nacré qui est mieux connu par l'observation que par la description.

La direction des yeux doit également être prise en considération, car elle peut nous apprendre quelque chose. Lorsque le nourrisson est amené pour la première fois à la lumière, les deux yeux ne sont presque jamais dirigés vers le même objet : cela se produit sans aucune tendance à la maladie et prouve simplement que le fait de regarder un objet avec les deux yeux n'est qu'une habitude acquise. Mais lorsque l'enfant est arrivé à l'âge où les yeux sont par habitude dirigés vers le même objet, et qu'il perd ensuite ce pouvoir, cette seule circonstance peut être considérée comme un prélude fréquent à une maladie affectant la tête.

détécter la maladie chez l'enfant

les gestes.

Les gestes d'un enfant en bonne santé sont tous faciles et naturels ; mais dans la maladie, ces déviations se produisent, ce qui seul dénote souvent la nature de la maladie.

Supposons qu'un enfant ait acquis le pouvoir de se soutenir, de tenir sa tête droite ; que la maladie vienne, sa tête tombera immédiatement, et ce pouvoir sera perdu, pour être retrouvé au retour de la santé ; et pendant l'intervalle, chaque posture et chaque mouvement sera celui de la langueur.

Le petit qui vient d'apprendre à courir seul de chaise en chaise, avec deux ou trois dents qui appuient sur les gencives et les irritent, sera pendant un certain temps complètement déconnecté de ses pieds, et peut-être allongé langoureusement dans son lit de camp, ou sur le bras de son infirmière.

Les jambes tirées vers le ventre, accompagnées de pleurs, sont des preuves de désordre et de douleur dans les intestins. Appuyez sur cette partie, et votre pression augmentera la douleur. Regardez les sécrétions des intestins eux-mêmes, et par leur caractère malsain, vos soupçons, en ce qui concerne le siège du trouble, sont aussitôt confirmés.

Les mains d'un enfant en bonne santé sont rarement portées au-dessus de sa bouche ; mais si la tête et la douleur sont mal placées, les mains du petit seront constamment levées vers la tête et le visage.

Il ne faut jamais négliger le démarrage soudain à l'éveil, ainsi que pendant le sommeil, même s'il est dû à des causes insignifiantes. Il est souvent lié à un trouble du cerveau en phase d'approche. Elle peut être le signe avant-coureur d'une crise convulsive, et ce soupçon est confirmé si vous trouvez le pouce de l'enfant rentré et fermement appuyé sur la paume, avec les doigts tellement comprimés sur celle-ci, que la main ne peut pas être ouverte sans difficulté. La même condition existera dans les orteils, mais à un degré moindre ; il peut également y avoir un état bouffi du dos des mains et des pieds, et le pied et le poignet sont pliés vers le bas.

Il existe d'autres signes plus légers qui menacent les convulsions et qui sont liés au geste, qu'il faut considérer : la tête qui est tirée rigidement vers l'arrière, un bras fixé fermement sur le côté, ou à proximité de celui-ci, ainsi qu'une des jambes tirée étriquée vers le haut. Ces signes, ainsi que ceux énumérés ci-dessus, sont confirmés sans aucun doute, si l'on constate certaines modifications dans les habitudes de l'enfant : si le sommeil est perturbé, s'il y a de fréquentes crises de larmes, une grande colère, un visage alternativement rouge et pâle, une animation soudaine suivie d'une crise de langueur soudaine, des respirations suivies d'une inspiration longue et profonde, autant de symptômes prémonitoires d'une crise imminente.

détécter la maladie chez l'enfant

le sommeil.

Le sommeil du nourrisson en bonne santé est calme, serein et réparateur. Dans la petite enfance, lorsqu'il n'est pas au sein, il dort pour la plupart dans son lit de camp ; et bien qu'il dorme moins à mesure que les mois avancent, quand l'heure du repos arrive, l'enfant n'est pas plus tôt couché pour se reposer, qu'il ne tombe dans un sommeil calme et paisible.

Ce n'est pas le cas, si l'enfant est malade. Souvent, il ne veut pas du tout être mis dans son lit et la nourrice est obligée de le prendre dans ses bras ; il ne dort alors que peu de temps, de manière agitée et perturbée.

S'il souffre de douleurs, aussi légères soient-elles, le visage l'indiquera ; et, comme lorsqu'il est éveillé, ainsi maintenant, s'il y a quelque chose de mal à la tête, la contraction du sourcil et le grincement des dents apparaîtront ; s'il y a quelque chose de mal au ventre, les lèvres seront écartées, montrant les dents ou les gencives, et dans les deux cas il y aura une grande agitation et des départs fréquents.

les selles.

Chez le nouveau-né, les mouvements sont de couleur sombre, très semblables à la tonalité, tant par leur consistance que par leur apparence. Le premier lait, cependant, sécrété par la mère, agit comme une ouverture sur les intestins du nourrisson, et ainsi, en quatre à vingt heures environ, il est nettoyé.

À partir de ce moment, et pendant toute la petite enfance, les selles seront d'une couleur jaune clair, la consistance d'une fine moutarde, peu odorante, d'aspect lisse, donc sans grumeaux ni caillot blanc, et passées sans douleur ni vent important. Et tant que l'enfant sera en bonne santé, il aura deux ou trois, voire quatre, de ces évacuations par jour. Mais en grandissant, elles ne seront pas aussi fréquentes ; elles deviendront plus foncées et plus solides, mais pas autant que chez l'adulte.

Toute déviation par rapport aux caractères ci-dessus est bien sûr le signe d'un problème ; et comme un trouble intestinal est souvent le premier signe d'une maladie à venir, l'infirmière doit être chargée de surveiller les évacuations. Leur apparence, leur couleur et la manière dont ils ont été évacués sont les principaux points à surveiller. Si les selles ont un aspect très curieux, ou sont trop liquides, ou vertes, ou de couleur foncée, ou sentent mauvais, elles ne sont pas naturelles. Et en ce qui concerne la manière dont elles sont évacuées, il faut savoir que chez un enfant en bonne santé, le mouvement est adopté avec peu de vent, et comme s'il était pressé, mais en cas de maladie, il sera expulsé avec une force considérable, ce qui est un signe de grande irritation. Il est également important de noter le nombre de selles passées dans les quatre et vingt heures, de sorte que si l'enfant n'a pas son soulagement habituel, (et il ne faut pas oublier que les enfants, bien qu'en parfaite santé, diffèrent quant au nombre précis)

détecter la maladie chez l'enfant

la respiration et la toux

La respiration d'un enfant en bonne santé est formée d'inspirations et d'expirations égales, et il respire tranquillement, régulièrement, inaudiblement et sans effort. Mais si l'on laisse l'inflammation des tubes d'air ou des poumons se produire, l'inspiration deviendra en quelques heures si rapide et pressée, et peut-être audible, qu'il suffira de diriger l'attention sur la circonstance pour qu'elle soit immédiatement perçue.

Maintenant, tous les changements qui se produisent dans la respiration par rapport à son niveau de santé, aussi légers que soient les nuances de la différence, il est très important de les remarquer rapidement. En effet, de nombreuses affections de la poitrine, bien qu'elles soient très graves, si elles ne sont perçues qu'à un stade précoce par le médecin, peuvent être interrompues dans leur évolution ; mais, dans le cas contraire, elles peuvent échapper au contrôle de l'art. Un parent doit donc se familiariser avec la respiration de son enfant en bonne santé, et il notera volontiers tout changement qui pourrait survenir.

Chaque fois qu'un enfant présente les symptômes d'un rhume, accompagné d'un enrouement et d'une toux rauque, il faut toujours le considérer avec suspicion et ne jamais négliger de demander un avis médical. L'enrouement n'accompagne généralement pas un rhume chez l'enfant, et ces symptômes peuvent être prémonitoires d'une attaque de "croup", une maladie dont l'évolution est excessivement rapide et qui, de par l'importance des parties touchées, exerçant une fonction indispensable à la vie, nécessite le traitement le plus rapide et le plus décidé.